Interviews formateurs IMACOM – Michel Répond

 

1. Quel est votre parcours ? 

En 1977, alors que j’étudie la biologie à Pittsburgh (Etat de Pennsylvanie aux Etats-Unis) je lis le livre Brave new world(Le meilleur des mondes en français) d’Aldous Huxley et je change d’orientation pour des raisons éthiques. Je décide alors de faire du design (qui n’était qu’un hobby) ma profession. En sortant de l’ECBA (devenue depuis l’ECAL), je poursuis une formation en publicité et j’obtiens la certification de l’organe faîtier en tant que Conseil en communication. J’exercerai cette fonction au sein d’agence de communication jusqu’en 2018. En parallèle, je débute mes activités de formateur et expert en marketing et communication. Je serai directeur des examens des brevets et diplômes fédéraux en Communication commerciale de 1995 à 2021 et membres de nombreuses Commissions d’examens, dont MarKom de 2007 à 2017.Aujourd’hui je suis consultant indépendant et formateur/coach.

2. Comment définiriez-vous votre rôle auprès des étudiants ?

Je considère mon rôle de coach comme une fonction d’accompagnement des étudiants dans leur processus d’apprentissage, et ceci au sens large. C’est-à-dire que j’aimerais que les étudiants ne profitent pas seulement de mes connaissances, compétences en relation avec les matières qu’ils doivent étudier, mais qu’ils cherchent également à bénéficier de mon expérience des examens. J’aime également à penser que je suis un bon motivateur, que je sais stimuler l’envie des étudiants à s’investir dans leur préparation… non seulement en révisant leurs classeurs, mais en essayant de trouver des parallèles entre les cours et leur réalité professionnelle au quotidien (cf question 3).

3. Selon vous, quelles qualités sont essentielles pour travailler en marketing ? 

Le marketing est souvent considéré comme une science, dans la mesure où il s’agit d’appliquer des processus de manière cohérente, en s’appuyant sur des analyses approfondies de nombreux paramètres. C’est la compréhension des mécanismes ainsi mis en œuvre que les étudiants veulent obtenir en suivant des cours. Mais je suis convaincu que cette science n’est pleinement efficace que si elle est accompagnée d’une bonne dose de flair. Et cette capacité à sentir le marché et ses évolutions il faut la nourrir… en étant curieux et en cherchant toujours à en savoir plus. Donc, pour moi la meilleure qualité d’un bon mercaticien c’est la motivation à établir des liens entre la théorie et la compréhension empirique des circonstances quotidiennes.

4. Pouvez-vous partager avec nous une campagne marketing qui vous a marquée ? et nous expliquer pourquoi ?

Mon conseil découle de ma réponse à la question 3: soyez curieux, soyez motivés et développer votre vision personnelle, sans vous laisser décourager. Pour le dire encore mieux, je reprends les derniers mots d’un discours extraordinaire de Steve Jobs à l’Université de Stanford, le 12 juin 2005: Stay hungry and stay foolish. Je vous recommande de le voir en entier:
 

 

5. Un conseil à donner pour nos étudiants qui commencent leur formation à distance à l’IMACOM ?

D’une manière générale, j’aime bien le marketing de VOLVO, qui s’appuie sur un positionnement très fort et cohérent depuis de nombreuses année (VOLVO est le leader incontesté de la sécurité),mais qui sait évoluer avec son temps. Ainsi, la marque suédoise peut être considérée comme le challenger de Tesla en ce qui concerne les motorisations électriques. Mais sa vision de le préservation de l’environnement est plus globale: par exemple, limitation du nombre de matériaux pour faciliter leur recyclage et utilisation de matières innovante. C’est sur ce terrain que leur nouvelle campagne est bâtie: remplacer le cuir par un succédané obtenu à partir de PET recyclé et de déchets de bois de forêts gérées de manière durable. En soi la campagne est déjà différentiante, mais elle prend un tour inédit supplémentaire par sa communication. Afin de valoriser ce matériau innovant, VOLVO vise à changer la perception du recyclé et du durable pour en faire une matière noble digne de la confection de luxe. Aussi, au lieu de mettre en avant la sellerie de ses voitures (on voit quand même des photos de sièges), VOLVO fait produire un «week-end bag» inédit par Phillip Lim, un des designer les plus en vue de la nouvelle génération.