Faire des études de cas, pourquoi et comment ?

La raison principale pour laquelle les études de cas sont fréquemment utilisées c’est qu’elles se rapprochent très souvent de la réalité terrain et qu’elles permettent ainsi de mettre en pratique la théorie. 

Les études de cas font appel à la réflexion. Il n’y a en effet pas une seule et bonne réponse d’où l’importance de bien comprendre comment appréhender une étude de cas. 

Avant toute chose, lisez une première fois l’étude de cas dans son entier pour avoir une vision d’ensemble de la situation. Et seulement après, vous pouvez vous munir de vos stylos pour relever ce qui vous semble pertinent.

Pour vous aider dans la partie réflexion, nous vous conseillons d’utiliser le modèle de « checklist » qui permet de décomposer les étapes une à une. Prenez les questions dans l’ordre et répondez-y succinctement :

1. Pourquoi y a-t-il un problème ?

Il s’agit de comprendre pourquoi le problème existe. La réponse à cette question est factuelle et mesurable.
Exemples : perte de parts de marché, taux d’absentéisme en hausse, etc.

2. Qu’est-ce qui a mené à cette situation ?

Après avoir identifié la conséquence, il est important de connaitre les causes.
Exemple : Pour un hôtel dont le taux d’occupation est trop bas (la conséquence), la cause est « qu’est-ce qui fait que les gens ne viennent pas ? » 

3. Qu’est-ce qui doit changer ?

A ce stade, il s’agit de collecter toutes les bonnes informations vous permettant de répondre à la question du point 2. 

4. Quelle solution amener ?

Grâce aux données ci-dessus, vous êtes maintenant capable d’identifier non seulement le problème et les causes mais aussi les opportunités. C’est donc à ce stade que vous commencez à penser aux solutions. Attention, évitez de vous égarer dans des solutions qui n’ont pas de viabilité car la meilleure solution est inutile si elle ne peut être mise en place.

Avant de passer à la phase finale, la synthèse, posez-vous ces questions : Est-ce que ma solution résout le problème ? Est-ce que je peux répondre aux causes ? Les ressources sont-elles disponibles ? Si la réponse à l’une de ces questions est non, vous avez peut-être la mauvaise réponse et il est préférable de recommencer au début.

Une fois ces réflexions faites, il est temps de réaliser une synthèse écrite ou orale. Vous rassemblez les grandes pièces de votre réflexion pour en faire un argument convaincant et succinct. Poser vos idées de manière claire et concise en ne mentionnant que les données nécessaires.

Texte : Olivia Ausserladscheider